Patrouille de l'Espadon

Compte-rendu week-end pirogue (11-12 mai 2019)

 

C’est sous une pluie battante que la patrouille de l’Espadon s’est retrouvée au local pour partir en week-end Aventure. Après avoir chargé les voitures des sacs et du matériel, la patrouille partit en direction de Poissy à bord des voitures. Une fois la patrouille arrivée à l’embarcadère, les deux voitures sont allées chercher la pirogue démontée en trois morceaux pour la mettre dans leurs coffres. Aidé par un ancien CP qui avait déjà utilisé cette pirogue, la patrouille la monta rapidement sur l’embarcadère avant de la charger et de la mettre à l’eau.

 Après un bref rappel des règles de sécurité, le grand moment arriva. Chaque scout prit une pagaie et monta dans la pirogue. Le début de l’expédition fut chaotique. Les rameurs étaient peu coordonnés et la pirogue était difficile à diriger mais peu à peu, la patrouille s’est coordonnée pour descendre tranquillement la Seine. Après une pause goûter bien méritée, la patrouille attaqua la partie la plus belle et la plus périlleuse : le passage du grand bras de la Seine. Coordonné par notre barreur, nous traversâmes rapidement le bras de la Seine avant de longer l’île où nous allions dormir. Après un accostage difficile à cause du courant, la patrouille s’est séparée en deux groupes : le premier déblayait un chemin au milieu des orties tandis que le deuxième déchargeait les affaires sur la berge.

Après avoir trouvé un lieu pour construire le tipi et un autre lieu pour dîner, la patrouille se sépara de nouveau en deux groupes : les deux cuisiniers allumèrent un feu et commencèrent à cuisiner un repas trappeur tandis que le reste de la patrouille construisait un tipi. Le tipi fut érigé en une heure et le repas trappeur redonna aux patouillards des forces pour attaquer la suite des activités. Les scouts sont ensuite passés en CDP avant de rentrer au tipi pour trouver un sommeil réparateur…

A minuit, les soldats du duché de Bourbon furent réveillés par leur duc et son fils qui les félicitaient d’avoir réussi leur débarquement en Angleterre. Un émissaire transmis aux soldats un message leur indiquant qu’une arme secrète destinée à détruire les remparts de Londres venait d’être interceptée et cachée par l’ennemi. Les soldats devaient retrouver un saint moine de l’abbaye de Westminster qui savait où les anglais avaient caché cette arme. Après avoir trouvé le moine et avoir répondu à ses questions, les soldats récupérèrent l’arme secrète et se préparèrent pour l’assaut final sur Londres, solidement gardée par deux sentinelles. Chaque soldat devait déposer dans la ville sans être vu une charge de l’arme secrète. Une fois la mission réussie, les soldats détruisirent Londres avant de retourner à leur campement pour y trouver un repos bien mérité.

La patrouille se réveilla sans difficulté le dimanche matin vers 7h30 pour prendre son petit déjeuner. Après avoir rangé nos affaires et nettoyé le lieu, nous sommes repartis charger la pirogue pour commencer la partie la plus sportive du week-end : la remontée de la Seine. Motivée et dynamique, la patrouille mit toute ses forces pour lutter contre le courant et rejoindre le bras de la Seine plus étroit où le courant était moins fort. Infatigable, la patrouille remonta la Seine pendant 3h avant d’arriver à l’embarcadère, heureuse d’être arrivée mais triste que l’Aventure s’arrête. Nous avons remonté la pirogue sur l’embarcadère pour décharger nos affaires avant de pique-niquer sur les bords de la Seine. Deux voitures de parents sont ensuite arrivées pour ramener la pirogue à son propriétaire avant de conduire la patrouille au local vers 14h. N’ayant pas pu assister à la messe le matin, les patouillards se sont retrouvés à Saint Philippe du Roule pour servir la messe de 18h30. Nous nous quittés à l’issue de la messe, la tête remplie de bons souvenirs qui resteront longtemps dans nos mémoires.

Azawakh, CP de l’Espadon de 2018-2019

Un weekend en patrouille de l’Espadon

Par un beau samedi d'automne, la patrouille de l'Espadon s'est mise en route avec celle de l'Albatros pour passer un week-end en forêt. Après un trajet en train, puis en bus à cause de travaux sur la voie, nous avons pris notre courage et nos sacs à deux mains et nous nous sommes mis en marche. Une fois arrivés, nous avons monté la tente et fait un grand feu pour préparer dîner et veillée pendant que la GHP coupait du bois pour les installations. Au milieu de la nuit, nous dormions tranquillement lorsque des cris stridents retentirent. Le camp était-il attaqué ? Non ; c'était plus compliqué que cela : alors que nous étions aux ordres de leurs pères, les fils de Robert d'Artois et de Louis de Bourbon nous ont convaincus se rallier à leurs bannières et de nous battre pour eux contre leurs pères. Ils étaient en effet convaincus que ceux-ci avaient tort de soutenir un roi selon eux illégitime. La présence à ses côtés de Lord Mortimer n'était pas pour arranger les choses. Au terme de rudes combats nous avons fini, sur leurs ordres, par rejoindre les armées de leurs pères et nous soumettre à eux. La politique est parfois bien compliquée ! Le lendemain matin, nous nous sommes revigorés avec un solide petit déjeuner, nous avons effectué quelques travaux et sommes repartis par le même chemin pour aller à la messe, puis pour rentrer vers Paris.

Augustin Parmentier, 4e de la patrouille de l'Espadon (année 2018-2019)

LE CAMP DES ESPADONS

1. Samedi 5 avril, à 14h30, la patrouille de l'espadon se retrouvera pour partir à l'aventure.. .Non, bien sur, pas très loin, dans la Brie, tout simplement. En la foret de Notre-Dame (lieu de prédilection du plus grand FSE de France).
 
Qu'allons nous y faire? Traquer du bestial, ou tout simplement l'observer... Làbas, nous côtoieront chevreuils et sangliers. Affûts, techniques d'approches, capture de chevrettes.. .la foret n'aura plus aucun secret pour nous, sous les conseils du groupe ONF qui nous accueille.
 
La patrouille, elle, s'est préparée à fond pour ce camp. Thibault nous préparera-t-il de bons repas? Godefroy s'est-il assure qu'il ne manque pas de matériel? Laurent a-t-il bien repéré le lieu sur la carte? Quant à Pascal, Benoît, Alexandre, qu'ils s'empressent de trouver la boulangerie la plus proche pour aller chercher chaque matin les trois croissants de leur chef tant adoré et tant vénéré.
 
Pendant le camp, évidemment, tout prêtera à rire et à jouer. Mais, attention tous ceux qui ne seront pas donner à fond dans la noble tache qu'est l'agitation d'une feuille de palmier au-dessus de mon hamac seront perdus à la plus haute branche de la forêt et chatouillés avec une plume d'oie... (humour?).
 
Mais que tous se rassurent: cela n’arrivera qu'exceptionnellement, du moins je l'espère. Peut-être leur prépares-je un petit jeu amusant à 5h du mat' pétards à l'appui et peut-être (euh pardon, sûrement) ils courront longuement.. .
 
Enfin.. .Ami scout, sache que ce qui nous attend est aussi prometteur que la foret qui nous accueille est grande. N'oublie ni tes jumelles ni ton vélo pour les déplacement dans la forêt.
 
 
 
Gerbøise_ CP de l'espadon de 1996-1997